Le commerce coopératif et associé pour mutualiser les forces des commerçants indépendants

A lire

Coffre blindé, j’ai oublié le code !

Des objets précieux, des papiers ou de l'argent à ranger en toute sécurité ? Le coffre-fort blindé reste de loin la meilleure solution. Il...

Comment éviter les sur-réservations en hôtellerie ?

Selon les périodes de l'année ou en fonction de votre localisation, il peut arriver que vous enregistriez des sur-réservations dans votre hôtel. Les cas...

Paris : les actes de malveillance en forte hausse

L'insécurité est une réalité à laquelle une grande partie de la population française est exposée au quotidien, et les commerces ne font pas exception...

Comment installer un portique de sécurité ?

Si vous êtes propriétaire ou gérant de magasin, les vols à l'étalage sont certainement l'un des problèmes auxquels vous êtes souvent confrontés. Ne pouvant...

Rester maître de leur activité, préserver leur indépendance, être propriétaires de leur point de vente…, telles sont les ambitions de nombreux commerçants. Pour autant, rester isolé dans un contexte concurrentiel de plus en plus important et face à des consommateurs chaque jour plus exigeants, c’est prendre un risque non négligeable. Focus sur le commerce coopératif et associé, une solution qui permet à la fois d’exercer une activité commerciale en toute autonomie et de bénéficier de la force d’un réseau.

Le commerce coopératif et associé, qu’est-ce que c’est ?

Le commerce coopératif et associé est un des modèles de commerce en réseau, et plus exactement l’une des deux principales formes de commerce indépendant organisé, la seconde étant la franchise (à noter que l’on compte aussi dans cette sous-famille des variantes du type chaînes volontaires, concessions, commissions-affiliations, licences de marque, etc…). Comme son nom l’indique, le commerce coopératif et associé est constitué de commerçants indépendants qui s’associent au sein d’un groupement (structure centrale), l’objectif étant de mutualiser les moyens et de développer des politiques communes en termes d’achat, d’enseigne, d’opérations commerciales, de formation, de services etc.

Le commerce coopératif et associé en quelques chiffres

Avec quelque 44 000 points de vente en France, 90 groupements (parmi lesquels les très célèbres E. Leclerc., les Mousquetaires, Intersport pour n’en citer que trois…) et 150 enseignes recensés au 1er janvier 2015, le commerce coopératif et associé est loin d’être une forme marginale de l’exercice de l’activité commerciale. Il pèse même plus de 30% du retail en France, s’affirme dans 30 secteurs d’activité et enregistre des performances au-dessus de celles du marché en ces temps de crise. Ces chiffres (issus de la FCA – Fédération du commerce coopératif et associé) parlent d’eux-mêmes et sont la vitrine du bien-fondé de ce type d’organisation. La grande majorité (90%) des groupements exerce sous la forme d’une société coopérative. Chaque adhérent (le propriétaire du point de vente) est donc associé et participe activement aux décisions et aux définitions des règles de fonctionnement communes et des stratégies. « Ensemble, nous réfléchissons sur l’avenir de notre métier pour mieux anticiper les défis de demain », explique Philippe Capgras, l’un des membres du groupement Hexa Plus Santé.

Rejoindre un groupement de commerce coopératif et associé

Si cette forme d’organisation vous intéresse, le plus simple est de vous adresser à la FCA qui saura vous diriger vers le groupement le plus intéressant compte tenu de votre secteur d’activité ou vous aider à monter votre propre réseau. Si vous souhaitez rejoindre un groupement existant, votre candidature devra répondre à certaines règles d’adhésion qui diffèrent d’un réseau à l’autre. Quel qu’il soit, vous serez soumis à des engagements juridiques et financiers. En contrepartie de vos efforts, vous pourrez compter sur la structure centrale pour vous aider au quotidien et notamment dans la recherche de financements pour vos projets, soit par une assistance à la négociation avec les banques, soit par une intervention directe du groupement.

A noter que la FCA ne recense pas les multiples groupements de taille modeste dans ses chiffres, mais ce modèle convient à tous les commerçants, petits et grands, qui souhaitent garder leur indépendance, sans pour autant être isolés. Le commerce coopératif et associé n’est pas un concept nouveau mais il continue aujourd’hui de faire ses preuves. Elles se mesurent sur l’ensemble des indicateurs de performance des points de vente associés.

Dans un second article, nous étudierons le cas de la franchise, qui présente elle aussi des atouts indéniables, mais qui, selon nous, respecte moins la réelle autonomie du commerçant.

[thrive_leads id=’1705′]

Plus d'articles

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest article

Coffre blindé, j’ai oublié le code !

Des objets précieux, des papiers ou de l'argent à ranger en toute sécurité ? Le coffre-fort blindé reste de loin la meilleure solution. Il...

Comment éviter les sur-réservations en hôtellerie ?

Selon les périodes de l'année ou en fonction de votre localisation, il peut arriver que vous enregistriez des sur-réservations dans votre hôtel. Les cas...

Paris : les actes de malveillance en forte hausse

L'insécurité est une réalité à laquelle une grande partie de la population française est exposée au quotidien, et les commerces ne font pas exception...

Comment installer un portique de sécurité ?

Si vous êtes propriétaire ou gérant de magasin, les vols à l'étalage sont certainement l'un des problèmes auxquels vous êtes souvent confrontés. Ne pouvant...

Restauration : diversifier son activité

Gérer un restaurant dans une station balnéaire demande un peu plus d'efforts que pour un établissement situé dans une ville classique. Dans ce type...